Communauté de Communes du Pays de Matignon

Algues vertes – le projet territorial en bonne voie

Algues vertes – le nouveau projet territorial en bonne voie

Photo Baie de la Fresnaye Rappelons-le, la Baie de la Fresnaye fait partie des huit baies françaises concernées par le plan gouvernemental de lutte contre les algues vertes, alors qu’aucun échouage massif d’algues vertes n’a été constaté dans cette baie depuis plusieurs années. Cependant, la teneur en azote reste encore élevée dans certains cours d’eau se jetant dans la Baie et les sels nutritifs en excès peuvent favoriser le développement des autres espèces d’algues présentes en Baie (ex : l’algue brune filamenteuse Pylaïella). Un projet territorial, déclinaison au niveau local du plan gouvernemental, a été déposé en décembre 2011 auprès de la préfecture de Région. Cette 1ère version du projet territorial avait été invalidée par le conseil scientifique et après plusieurs mois de travail et de concertation dynamique et maintenue, une nouvelle version du projet va être déposée.

Objectif du plan gouvernemental : réduire les flux vers le littoral

Reconstitution bocage - Baie de la Fresnaye. Le plan gouvernemental encourage les actions préventives pour réduire les flux de Nitrates de toutes origines vers les côtes littorales. Il faut savoir que la Communauté de Communes, en collaboration avec de nombreux acteurs, avait déjà engagé depuis plus de 10 ans des actions pour la qualité de l’eau : mesures agricoles, reconstitution du maillage bocager, assainissement non collectif et appui aux communes pour l’assainissement collectif, sensibilisation de la population et des scolaires, etc.

Un projet collaboratif et adapté au territoire

Si aujourd’hui le plan de lutte gouvernemental est décliné au niveau local, c’est pour envisager des actions réellement ajustées aux contraintes de notre territoire. Il a été élaboré de manière participative puisque le comité de travail « algues vertes » chargé d’élaborer le projet est constitué d’élus, d’associations et d’acteurs économiques locaux. D’autres groupes de travail ont participé à l’élaboration du projet territorial : comité professionnel agricole, groupe agricole, groupe socio-économique, groupe foncier, groupe assainissement, etc.

Un projet initial déposé en décembre 2011 et réétudié depuis avril 2012

Rappel : Le projet territorial initial avait été déposé fin décembre 2011 auprès du Préfet de Région et validé à l’unanimité par la CLE (commission locale de l’eau) du SAGE Arguenon – baie de la Fresnaye. Ce projet territorial initial avait reçu un avis réservé par le Comité scientifique algues vertes (comité mandaté par la Préfecture de Région).

Sortie d'eau pluviale - Baie de la Fresnaye. Après cet avis jugé de « sévère  », les acteurs locaux et le Président de la Communauté de Communes du Pays de Matignon avaient fait le choix de continuer le travail afin d’arriver à un projet plus lisible et abouti, complété de mesures et objectifs plus ambitieux. Un comité rédactionnel local, porté et animé par la Communauté de Communes (et assisté par les DDTM d’Ille et Vilaine et des Côtes d’Armor), s’est constitué pour cette mission de révision du projet territorial initial. Aujourd’hui, après trois mois de travail du comité rédactionnel, un nouveau projet répondant plus précisément aux enjeux a abouti.

Les 42 membres du comité algues vertes se sont réunis à Plévenon le 9 juillet 2012 afin de finaliser le nouveau projet. Celui-ci a été présenté pour validation définitive en Commission locale de l’eau le 12 juillet où il a reçu une validation à l’unanimité. Il sera déposé auprès du Préfet de Région prochainement.

Le projet territorial de lutte contre les algues vertes en Baie de la Fresnaye est élaboré pour trois années (2013-2015) avec un budget de 11 312 905 euros. Près des trois quarts du budget seront dédiés au volet agricole du plan et près de 20% pour la protection de la ressource en eau.



Voici quelques mesures et objectifs « phares » du nouveau projet visant à réduire les flux de Nitrates vers le littoral  :

Objectif général à l’horizon 2015 : abattre de 61 tonnes d’azote les quantités arrivant annuellement par les cours d’eau dans la baie.

- Travail sur les parcelles agricoles drainées  :

. Mise en place de pratiques agronomiques et culturales générant peu de fuites d’azotes sur 100% des parcelles drainées identifiées comme sensible aux fuites d’azote.

. Diminution de l’impact des rejets de Nitrates par des travaux d’aménagement en sortie de drains dans les champs.

- Diagnostiquer 90% des exploitations agricoles (100% des exploitations jugées comme prioritaires) afin d’évaluer l’impact de leur pratique et identifier les marges de manoeuvre à mettre en oeuvre et contractualisation avec 80% des agriculteurs (dont les 100% identifiés comme prioritaires) pour améliorer leurs pratiques agricoles.

- Mise en place et amélioration de l’efficience de la couverture hivernale des sols qui absorberont efficacement les Nitrates dans les sols entre chaque culture. Exemple d’objectif : en 2015, 100% des cultures concernées auront un couvert efficace.

- D’ici 2015 tous les épandages de lisiers non pailleux seront effectués avec du matériel d’enfouissement (afin d’éviter la dispersion atmosphérique et les ruissellements à risque).

- Réduction de 30% de l’apport d’azote minéral substitué pour partie par une meilleure répartition des effluents organiques. Le compostage, l’épandage maîtrisé opportun (acquisition de matériels d’épandage performants …) seront privilégiés.

- Supprimer les excédents d’azote agronomiques de fertilisation.

- Inventaire, préservation et reconquête des milieux humides et du bocage. Par exemple, un des objectifs est de récréer 60km de maillage bocager d’ici 2015, un autre est que 50% des zones humides cultivées soient converties en surfaces pérennes.

- Favoriser le regroupement parcellaire (rapprocher les terres de leurs exploitants) en maîtrisant le foncier. Le but est de lutter contre l’utilisation trop intensive des parcelles de proximité pour l’épandage ou la pâture des bovins.

- Réalisation de 100% des travaux d’amélioration des assainissements collectifs et individuels prévus d’ici 2015.

Haut de page